• Rue Magua 2 # 1
  • (509) 43096420
  • mtoureau@yahoo.fr

Nos stratégies

HISTORIQUE ET CONTEXTE
La naissance de « L’Alliance pour la Survie et le Développement de l’Enfant/Konesans Fanmi Se Lespwa Timoun » remonte en février 1988. Elle a été créée à l’initiative de l’UNICEF pour la mobilisation de l’opinion publique en faveur de l’enfant et la promotion de l’Education parentale sur les thèmes « Survie et Développement » de l’enfant. Elle regroupait des institutions de mêmes sensibilités sociales des secteurs, public et privés, national et international.
En guise de réponse à l’évolution des besoins de ses cibles, l’Alliance a ajusté sa mission et ses axes d’intervention pour inclure un plus grand nombre de produits et de services et d’autres segments de la population. Elle travaille ainsi à la protection de la vie humaine, à l’amélioration des conditions de vie et de la santé des enfants et des jeunes par l’éducation parentale, la mobilisation sociale et communautaire, l’encadrement des enfants et des adolescents, et l’habilitation socio-économique des femmes.
Sa mission et ses réalisations lui ont valu l’octroi de la personnalité civile et la reconnaissance d’utilité publique par le Gouvernement Haïtien en 1998.

LES PRODUITS OU LES SERVICES
L’expertise de l’Alliance en matière de communication, d’éducation et de mobilisation de masse n’est plus à démontrer. On l’a retrouvée au cœur des campagnes nationales de vaccination, de lutte contre la tuberculose, de la promotion de la réhydratation orale et l’allaitement maternel.
Elle a travaillé à l’appui de la connaissance de l’enfant, à l’utilisation des mass médias au service de l’enfance, à la promotion des accueils pour les enfants en âge préscolaire sans oublier le rôle d’intermédiation qu’elle a joué dans le dialogue entre le secteur public et le secteur privé.
L’Alliance peut se prévaloir d’une expérience diversifiée et d’une expertise certaine dans le domaine du marketing social:

– Plaidoyer
– IEC (Information, Education et Communication)
– Mobilisation communautaire
– Sensibilisation de masse
– Etc.

Pour mettre en œuvre ses activites,
CENTRE D’ANIMATION DE JEUNESSE
Les Centres d’Animation de Jeunes de Konesans Fanmi sont des plateformes de rencontre de jeunes de tous les horizons et catégories sociales. C’est une structure de formation, d’information et de débats dans une perspective d’intégration socioculturelle et économique entre les jeunes.
Les Centres d’Animation de Jeunes de Konesans Fanmi constituent un lieu de valorisation des pratiques culturelles et de création artistique des communautés cibles de l’organisation. Ces centres permettent aux jeunes de pratiquer des activités susceptibles de favoriser leur plein épanouissement et développement.
Ces Centres de Konesans Fanmi sont des structures dynamiques adoptant une stratégie de proximité avec la population et les institutions déconcentrées de l’Etat et de la société civile.
Groupes cibles
1- Jeunes en quête d’encadrement
2- Jeunes en situation de rupture scolaire
3- Jeunes qui veulent s’affirmer par la pratique d’une activité
4- Jeunes voulant créer leur propre entreprise
5- Parents des jeunes

Objectifs des centres
1- Offrir aux jeunes un cadre institutionnel de rencontre, de réflexion et de participation ;
2- Aider les jeunes à satisfaire leurs besoins de récréation et de loisirs, à faire l’apprentissage de la vie communautaire, de la démocratie et de ses mécanismes.
3- Promouvoir l’esprit d’initiative chez les jeunes
4- Améliorer les connaissances des jeunes et des familles sur les sujets relatifs à la sexualité ;
5- Défendre et promouvoir les droits des jeunes, surtout ceux des filles ;
6- Faciliter l’intégration socio-économique des jeunes (objectif à long terme)

Les activités des centres d’animation jeunes s’articulent autour de ces trois axes : Education, Mobilisation sociale et communautaire, Intégration socioculturelle et économique.

Compte tenu de la mission des centres, un ensemble de programmes ont été mis sur pied et se poursuivent quotidiennement.
1- Programme d’éducation à la santé sexuelle et reproductive des jeunes
2- Programme d’intégration culturelle
3- Programme d’insertion économique
4- Programme d’activités sportives, civiques et NTIC

• Programme d’éducation à la santé sexuelle et reproductive des jeunes
Ce programme vise à « améliorer l’accès aux services et à l’information relatifs à la santé sexuelle et reproductive, les IST/VIH/SIDA » en vue de contribuer à la réduction des risques, de la vulnérabilité et l’impact de l’épidémie du VIH/SIDA et à l’amélioration des la santé sexuelle et reproductive des jeunes conformément au plan stratégique nationale de lutte contre les IST/SIDA. Ce programme tend aussi à accroitre leurs capacités dans l’identification des valeurs positives, la confiance en soi.
• Programme d’intégration culturelle
Ce programme consiste en un ensemble d’activités récréatives ayant pour but de d’offrir aux jeunes des loisirs sains (dessin, peinture, artisanat, théâtre, danse, musique, visite de sites historiques et touristiques, usines et fermes de la localité)
• Programme d’insertion économique
Ce programme s’articule autour de la promotion de l’apprentissage professionnel chez les jeunes. Il tend aussi à la valorisation des connaissances acquises par les jeunes dans leurs domaines de compétences respectives.
• Programme d’activités sportives, civiques et NTIC
Sport : développer la capacité physique des jeunes. Développer la capacité de réflexion des jeunes à travers des activités sportives cérébrales et des jeux de société, et aussi les intégrer dans le monde de la NTIC.
Civisme : Sensibiliser les jeunes sur leurs droits et leurs devoirs et sur la participation citoyenne
NTIC : Offrir l’accès aux jeunes des nouvelles technologies de l’information et de la communication (internet, mass média).
Quelques activités spécifiques des centres : Grand Rassemblement (GR), Counseling (C), Visite Domiciliaire (VD), Distribution de Condom et autres outils de prévention du VIH, Activités culturelles (Projection de film, cours de danse, débats publics…)
Grand Rassemblement : Le Grand Rassemblement mobilise les membres des cellules d’animation de Konesans Fanmi qui eux-mêmes invitent la population. Le GR est un espace de loisirs mais aussi d’éducation. C’est un outil très efficace de communication qui permet de toucher plusieurs centaines de personnes avec de messages de sensibilisation d’un coup. À coté des Grands Rassemblements, les cellules d’animation organisent des activités communautaires encore appelées séances éducatives dans les églises, groupes de jeunes…
Counseling : Konesans Fanmi emploie une infirmière dans le centre. Formée régulièrement, elle accompagne les membres de population pour leur permettre de changer de comportement quant à la problématique du VIH SIDA en particulier en ce qui a trait au dépistage volontaire.
Visite domiciliaire : Dans le but d’augmenter leur impact, les responsables des centres ainsi que les membres des cellules visitent la population sous son toit. Ainsi, ils la mettent en confiance, ce qui leur permet de mieux transmettre leur message qui n’a pour tout adjectif que de contribuer de façon significative à la lutte contre le sida.
Distribution de condoms : C’est une des activités phares des centres d’animations de jeunesse. La distribution se fait à l’intérieur du centre et les responsables s’assurent de ne pas les distribuer à des mineurs. Avec ce service de distribution de préservatifs, le nombre de cas de nouvelles et les grossesses précoces non désirées ont considérablement chuté
Activités culturelles et formations (séances éducatives) : Konesans Fanmi croit que la culture peut servir à éduquer la population. Ainsi, les centres planifient toujours des activités de convivialité et de loisirs afin d’attirer un maximum de jeunes afin de les sensibiliser en même temps. Certaines fois, des programmes de formations en danse sont mises sur pied pour un plus grand épanouissement des jeunes. Ceci vient combler un manque, car les espaces de loisirs se font de plus en plus rares dans le pays, surtout après le séisme du 12 janvier 2010. Les animateurs des centres organisent aussi des séances éducatives pour les parents et les élèves. Des formations sont aussi données aux bénéfices des journalistes de la zone, afin de leur permettre de mieux aborder la problématique du VIH/SIDA.
Les premières séances éducatives permettent de renforcer les connaissances des participants dans les domaines de l’anatomie et du fonctionnement des organes génitaux, la grossesse précoce, la contraception, planification familiale, l’hygiène sexuelle, et les IST/SIDA. D’autres séances plus pratiques portent sur les techniques d’animation participatives (jeux de rôle, sketches, chanson, dessin, écoute active, causerie etc.)
L’ASDE/Konesans Fanmi a pu mettre en place deux CRAAJ (Centre de Renforcement, d’Appui, d’Autopromotion aux initiatives des Jeunes), l’un dans la commune de Jacmel couvrant les communes avoisinantes, l’autre dans celle de Ganthier couvrant toutes les sections communales de cette commune.
Le CRAAJ de Jacmel a subi de gros dommages durant le séisme du 12 janvier 2010, l’ASDE a dû chercher un autre local pour installer le Centre de Jacmel. Le local trouvé est lui aussi endommagé par le cataclysme, mais il offrira beaucoup de potentialités une fois réparé. Ainsi, c’est dans la cour de cet édifice que le bureau du Centre est installé provisoirement et c’est là que se déroulent ses activités régulières.
En effet, en dépit de l’aménagement du Centre sous des tentes dans la cour et dans la partie arrière de l’édifice, se tiennent des séances de sensibilisation sur la prévention du VIH/SIDA, la sexualité, technique de communication, la grossesse précoce et autres thèmes connexes par les animateurs du Centre, pour des jeunes le fréquentant. Ainsi, 46 séances ont pu se dérouler dans le Centre pour l’année 2010 touchant 469 jeunes. Plus de 4928 jeunes ont visité le Centre et plus de 24,618 condoms ont été distribués dans le Centre et dans les activités de sensibilisation des cellules de jeunes dans la communauté et dans les écoles. 17 jeunes ont bénéficié du service d’assistance conseil au Centre
Les résultats du CRAAJ de Jacmel pour l’année 2010 sont satisfaisants. En dépit de toutes les difficultés rencontrées, surtout après le séisme du 12 janvier, les résultats atteints sont significatifs.
Le CRAAJ de Ganthier a réalisé 46 séances de sensibilisation au niveau du Centre, où 1.453 jeunes ont été sensibilisés sur la prévention du VIH/SIDA, la sexualité, l’utilisation des condoms et autres, en vue d’un comportement sexuel responsable. 209 jeunes ont bénéficié du service d’assistance conseil réalisé par l’infirmière du Centre. Le Centre a reçu la visite de plus de 1.107 jeunes et 27.151 condoms ont été distribués dans ce dernier et à travers les activités des cellules dans la communauté et dans les écoles.

CENTRE D’ANIMATION COMMUNAUTAIRE

Durant ces dernières décennies, les femmes se sont engagées dans une lutte visant leur émancipation et leur intégration socio-économique. Pour aider dans la réduction d’écart entre la situation des femmes et celles des hommes, l’ASDE développe un ensemble d’activités intégrées avec les partenaires impliqués dans la fourniture de services sociaux de base et le développement communautaire en vue d’un rééquilibrage des rapports sociaux et économiques. C’est dans cet ordre d’idée que l’Institution a mis sur pied le CRAAFF (Centre de Renforcement, d’Appui, d’Autopromotion aux initiatives des Femmes et des Familles) de l’Artibonite.
Le CRAAFF se situe à Pont-Sondé, mais il se développe dans les communes du Bas-Artibonite. Les éléments constitutifs du modèle CRAAFF sont représentés par les cellules d’animation communautaire (CAC) fonctionnant elles-mêmes sur un modèle d’intervention à caractère participatif continu. Les CACs sont des unités locales dont les membres sont choisis au sein des organisations de base, en fonction de critères préalablement définis.
Le CRAAFF s’évertue à encadrer les cellules d’animation communautaire, à orienter les initiatives des institutions partenaires, à coordonner le partenariat entre les organismes œuvrant dans les domaines de la santé, de l’éducation, du développement rural et économique, à assurer le pilotage des initiatives locales génératrices de revenus. Cette dimension se rapporte aux fonctions de planification, d’organisation, de supervision, de contrôle, suivi et évaluation devant garantir la prise en charge adéquate des projets, le développement harmonieux des activités et la fourniture régulière et ordonnée des services.

Pour l’année 2010, des séances de sensibilisation ont eu lieu au local même du Centre de Pont-Sondé. Ainsi, 80 séances y ont été réalisées et 1.625 personnes ont été sensibilisées. Le Centre a reçu la visite de 4.035 personnes et distribué 35.358 condoms soit dans le centre ou durant les activités communautaires réalisées par les cellules rattachées à ce dernier. Les animateurs du CRAAFF réalisent des visites à domicile pour pouvoir sensibiliser les gens directement dans leur environnement et ainsi sensibiliser une famille entière, une organisation de femmes, une association de jeunes.
Les résultats du Centre de Pont-Sondé sont remarquables. En effet la multiplication des cellules dans différentes sections communales de la zone permet de réaliser des séances éducatives dans des zones éloignées et d’informer des personnes vivant dans des endroits où les informations pénètrent difficilement.

CELLULE D’ANIMATION(CA)
Pour atteindre les résultats escomptés dans le cadre de la prévention du VIH/Sida, l’un des axes de la stratégie adoptée par l’Alliance pour la Survie et le Développement de l’Enfant (ASDE) est la Mobilisation Communautaire à travers la paire éducation. Une vision de proximité qui se concrétise grâce à ce que Konesans Fanmi appelle « Les Cellules d’Animation ».

C’est quoi une Cellule d’Animation ?

Une Cellule d’Animation est un groupe de 5 personnes dont 3 filles, 2 garçons (afin de tenir compte de l’approche genre et de faciliter un meilleur équilibrage des rapports entre les sexes et dans les prise de décisions) sortis d’une même structure. Une fois évalué et constitué, ce groupe reçoit une formation en santé de la reproduction et est rattaché au centre de Konesans Fanmi. Ce travail se fait dans les écoles, dans les associations de jeunes et dans la communauté. Ainsi on trouve des « Cellules d’Animation d’Elèves, CAE », des « Cellules d’Animation de Jeunes, CAJ » et des « Cellules d’Animation Communautaire ».

– Cellule d’Animation d’Elève ‘’CAE ‘’

Cette structure est formée dans les écoles, niveau secondaire. Ces élèves sont recrutés à partir de la 3e à la terminale. Avec l’aide de la direction, l’ASDE/Konesans Fanmi sélectionne ces jeunes selon des critères dont les plus importants peuvent se résumer en :
– l’aptitude de l’élève à communiquer ou à faire passer des messages auprès de ses pairs à l’intérieur comme à l’extérieur de l’école ;
– l’intérêt de l’élève pour le bénévolat ;
– être en classe secondaire ou en 3e cycle du primaire ;
– être âgé entre 15 et 24 ans. ; et
– être délégué par ses pairs.
Une fois formés, ces jeunes réalisent des activités de sensibilisation dans leurs écoles pour les autres élèves. Ces activités sont supportées et supervisées par l’ASDE/KF avec le concours de la direction.

– Cellules d’Animation de Jeunes, ‘’CAJ’’

Cette catégorie regroupe les jeunes de la communauté appartenus à une association (club de sport, groupes de scouts, groupements socio-culturels). L’association délègue ces membres selon ces critères établis par l’ASDE/KF :

 être âgé de 15 à 24 ans ;
 avoir des aptitudes à s’exprimer en public ou à communiquer ;
 être reconnu et respecté dans sa communauté ;
 démontrer des capacités de lecture et d’écriture ;
 être disponible et se porter volontaire pour le bénévolat au profit de sa communauté d’appartenance
 être délégué par les membres de son organisation.

Ces cellules sont rattachées aux centres CRAAJ (Centre de Rencontre, d’Appui et d’Autopromotion des Jeunes) de Konesans Fanmi ou elles accompagnent les coordonateurs et infirmières. Ils réalisent des activités de sensibilisation dans la communauté et au CRAAJ.

– Cellule d’Animation Communautaire, ‘’CAC’’

Celles la sont aussi formées dans la communauté mais regroupant des représentants d’organisations d’adultes (associations de parents, groupes religieux, responsables d’écoles etc.). Il faut aussi souligner que le choix est fait selon que l’organisation est réellement représentative et fonctionnelle dans la zone, de son domaine d’action, de sa crédibilité, de son expérience dans le développement communautaire et socio-sanitaire, etc. Les organisations retenues seront d’abord regroupées par localité, ce afin d’assurer une meilleure couverture des animations et activités éducatives des cellules.

Une fois constituées, toutes ces cellules reçoivent la même formation sur les thèmes suivants :

– les techniques de communication et de mobilisation communautaire ;
– le VIH/SIDA ;
– la santé sexuelle, les grossesses précoces et les infections sexuellement transmissibles ;
– et autres thèmes connexes

Pourquoi une Cellule d’Animation ?

C’est pour une plus grande implication des jeunes dans la lutte contre le VIH/SIDA et une meilleure compréhension du fléau par tous les secteurs (religion, éducation, santé etc.) que Konesans Fanmi a priorisé cette stratégie. Mais aussi, constatant que les actions de sensibilisation contre le VIH ne touchent pas vraiment certaines zones reculées, cette stratégie facilite une pénétration des messages dans les localités les plus reculées. Les messages sont atterris jusque dans les familles.
Il ne faut pas non plus négliger le pouvoir de « l’éducation par les pairs » vue que les jeunes se sentent plus en confiance de se confier l’un a l’autre, donc s’il y en a certains parmi eux qui sont informés et formés ils peuvent facilement aider leurs pairs et la sensibilisation est plus efficace.

Aujourd’hui Konesans Fanmi compte pour ces quatre sites 30 CACs, 35 CAJs et 5 CAEs.

Parmi les différentes activités entreprises pour sensibiliser la population, on retrouve celles qui impliquent ces Cellules d’Animation et celles réalisées directement par ces dernières telles que :
Les Séances éducatives qui peuvent être soit dans les écoles ou dans la communauté.
Séance dans les écoles (année 2010)
Quantité prévue : 80
Quantité réalisée : 86
Pourcentage : 107,8%

Séances dans la Communauté (année 2010)
Quantité prévue : 125
Quantité réalisée : 141
Pourcentage :112,8%
Remarque : les séances éducatives dans la communauté sont réalisées par les cellules d’animation de jeunes ou communautaires. Ces derniers ont fait de leur mieux pour permettre à l’ASDE/Konesans Fanmi d’atteindre ce résultat. Konesans Fanmi est Amplement satisfait de ce résultat tenant compte des difficultés qu’il y a en général de réunir des adultes vue leurs multiples occupations.
Au travers de ces activités, l’ASDE/KF devait toucher 15000 jeunes dans les écoles, les clubs de jeunes, dans la communauté, dans les CRAAJ et CRAAFF. De ce nombre, 14,348 ont été touchés soit un pourcentage de 95,6%. S’il est vrai qu’il n’a pas atteint le 100%, Konesans Fanmi est pourtant fière de ce résultat car le tremblement de terre a perturbé le premier trimestre des activités. Donc un effort considérable a été consenti pour combler les chiffres de ce trimestre.

CARESS : UNE STRATÉGIE NOVATRICE DE MOBILISATION COMMUNAITAIRE ET D’ÉDUCATION

La caravane d’Éducation et de Service de Santé (CARESS) est une initiative de l’ASDE/ Konesans Fanmi. Elle constitue un axe prioritaire d’intervention en milieu rural et urbain. Elle s’appuie sur un ensemble d’activités socioculturelles sous forme d’animation itinérante en vue de la promotion de la prévention, la distribution de matériels en rapport avec la santé reproductive/VIH-SIDA, les maladies infectieuses, la sante infantile, l’assainissement, la promotion des droits de l’enfant et la réduction de la violence.

Les tournées de la caravane s’appuient sur une stratégie de mobilisation sociale et communautaire. A chaque tournée, un comité d’appui multisectoriel est mis en place pour la coordination des activités et les artistes locaux et nationaux sont mobilisés en vue de l’organisation de spectacles éducatifs et culturels. Par ailleurs, la caravane utilise les services des medias traditionnels et de masse pour une mobilisation massive de la population et particulièrement des jeunes aux activités.

La caravane est une plateforme multimédia d’éducation ayant pour support:
– un camion modulable en podium mobile conçu par des spécialistes pour des représentations théâtrales, musicales, éducatives et d’un système de projection sur écran géant qui permet de visualiser des films éducatifs.
– un bus pour le transport des artistes et du personnel d’appui, des tentes pour parer aux intempéries et accueillir les services de CDV/VIH, de démonstration de préparation de sérum oral etc.
– un pick up double cabine pour la remorque de la génératrice et le transport de matériels de travail
– un puissant système de son et un groupe électrogène lui permettant une autonomie et une capacité de produire dans n’importe quelle localité reculé du pays.

Présentement la caravane a déjà effectué plus d’une cinquantaine de tournées et sorties à travers huit (8) départements du pays. Que ce soit dans l’ouest, le Nord, le Centre, l’Artibonite ou le Sud-est, toutes ces tournées ont démontré la capacité de mobilisation de cet outil novateur dans l’éducation et la sensibilisation de la population sur des thèmes prioritaires en Haïti et ont permis aux participants de bénéficier d’un moment de loisirs. À ces tournées, des centaines de milliers de personnes sont directement touchées tandis que d’autres sur place bénéficient des apports de la caravane par la fréquentation des services qu’elle offre (condoms, dépliants, affiches, CDV/VIH, sérum oral). Indirectement la population est informée à travers la diffusion de spots publicitaires et les interventions dans les médias des professionnels de la Caravane. La presse locale et nationale invitées aux tournées assurent une large couverture des activités organisées. La caravane organise certaines activités spécifiques lors des tournées telles : les débats, les joutes sportives, les foires d’informations et d’expositions.

La Caravane vient en appui aux institutions sociales et étatiques des zones ciblées, qui constituent des partenaires privilégiés, susceptibles d’orienter la planification et l’organisation des tournées, et d’assurer la pérennisation des activités menées sur le terrain. Cette structure novatrice implique également la participation d’autres partenaires des secteurs public et privé (médias, organisation communautaires de base, ONG, notables, secteur privé des affaires, les organisations internationales ainsi que les collectivités locales et les ministères).

Les Points forts de la Caravane :

 Forte implication des autorités locales
 Bonne méthode de sensibilisation et mobilisation de masse pouvant rassembler et desservir en un temps record des milliers de gens avec la possibilité de créer autour d’elle des activités sur plusieurs axes et pour différent groupes cibles.
 Elle offre la possibilité aux personnes assistant aux activités de la caravane de se faire dépister au VIH gratuitement et de recevoir le résultat en moins de 45 min tout en écoutant des messages éducatifs les encourageants à adopter un comportement sexuel à moindre risque.
 Elle permet à la population locale d’avoir une meilleure connaissance des différents comités multisectoriels, associations, syndicats, organisations et leur rôle au sein de leur communauté.
 Les tournées de la caravane permettent une participation active et effective des autorités politiques, religieuses, le secteur privé ainsi que les organisations nationales et internationales de chacune de ses communautés visitées.
 Elle constitue aussi l’occasion non seulement d’informer et de sensibiliser les jeunes sur le VIH/SIDA, mais aussi de leur offrir la possibilité de connaitre leur statut sérologique. La connaissance du statut sérologique permet à un jeune d’entamer un dialogue avec son ou sa partenaire sur la sexualité sans risque, la grossesse et d’adopter un comportement favorable à une meilleure santé.
 Elle contribue à la réduction de la vulnérabilité des populations face aux IST/VIH/SIDA et permet une amélioration des attitudes vis-à-vis des personnes vivant avec le VIH et les personnes affectées pas le VIH.
 Elle renforce les activités de sensibilisation pour l’acceptation de la réalité du VIH/SIDA et la prise de conscience du risque par les populations vivant dans les zones où les tournées sont réalisées.
 Accroitre la participation locale dans les activités de prévention des IST/VIH/SIDA.
 Doter les comités multisectoriels en moyens et supports en CCC en vue d’une efficacité d’action au sein de leur communauté.

Tableau des différentes tournées : Premier Trimestre année 2010
Villes Mois Personnes sensibilisées Personnes
conseillées Personnes
testées Condoms
Distribués
P-a-P
Camp Henfrasa Février 4000 * * *
P-a-P
Parc Jean Marie Vincent Mars 10.000 105 104 4000
Pont-Sondé Mars 3500 153 148 2000
Ganthier Mars 1100 59 58 2000
Total 18600 317 310 8000

Tableau des différentes tournées : Deuxième Trimestre année 2010
Villes Mois Personnes
sensibilisées Personnes
conseillées Personnes
testées Condoms
Distribués
P-a-P
Parc Barbancourt Mai 6000 120 119 7200
P-a-P
Parc Jean Marie Vincent Mai 8000 154 147 14400
P-a-P
Pétion-Ville
Publigestion Juin 1500 142 126 7200
Total 15500 416 392 28800

Tableau des différentes tournées : Troisième Trimestre année 2010
Villes Mois Personnes
Sensibilisées Personnes
Conseillées Personnes
Testées Condoms
distribués
P-a-P
Stade Sylvio Cator Juillet 7,000 123 120 7,200
P-a-P
Camp Corail Juillet 5,000 31 21 7,200
Grand-Goave Juillet 5,500 125 119 14,400
Petit-Goave Juillet 4,000 35 30 7,200
Jacmel Juillet 7,000 161 160 14,000
Saint-Marc Juillet 3,500 70 70 14,400
Leogane Aout 6,000 127 124 14,000
P-a-P
Champs de Mars Aout 8,000 102 100 14,400
P-a-P
Camp Henfrasa Septembre 4,000 106 105 14,400
P-a-P
Camp Tabarre Issa Septembre 6,500 113 100 14,400
Total 56,500 993 949 114,400

Tableau des différentes tournées : Quatrième Trimestre année 2010
Villes Mois Personnes
Sensibilisées Personnes
conseillées Personnes
testées Condoms
distribués
P-a-P
Croix des bouquets Octobre 7,500 143 142 14,400
Ganthier Novembre 6,500 150 150 14,400
P-a-P
Champs de Mars Décembre 7,000 147 147 28.800
Pont-Sondé Décembre 6,000 151 151 14,400
P-a-P
Croix des Bouquets Décembre 4,000 157 150 28,800
Total 31,000 748 740 100,800

Analyse coûts et Bénéfices :
Durant l’exercice 2010, 121,600 personnes ont été sensibilisées dans 8 localités à travers le pays. 2391 personnes se sont fait dépistées volontairement et 252,000 préservatifs ont été distribués
Les coûts d’exploitation de la caravane s’élèvent à 480 gdes par personne sensibilisée ou 120 gdes par personne dépistée au VIH.

PLAN DE COMMUNICATION KONESANS FANMI
Les plans de communication de Konesans Fanmi s’articulent autour d’une démarche créative et utilise les éléments de l’environnement immédiat en vue d’un plus grand impact sur la population cible visée. Ces plans tendent à l’information, la sensibilisation et le changement de comportement et utilisera des outils tels : réunion de groupe, conférence, panneaux de publicité sociale, affiche et une emphase est mise sur les rencontres individuelles avec l’appui des cellules d’animation. Ces plans s’échelonnent sur toute la durée du projet considéré, toutefois une évaluation trimestrielle permet d’adapter les voies empruntées.
Les plans de communication de Konesans Fanmi s’articulent généralement autour des 10 points suivants:
1- Contexte et portée du plan
2- Observations spécifiques
3- Publics cibles
4- Objectifs
5- Stratégies
6- Outils et justification des outils
7- Evaluation
8- Valorisation du projet
9- Objectifs, opportunités et menaces
– Exemple de tableau type 1

Public Objectifs Opportunités Risques

10- Planning de communication
– Exemple de tableau type 2 : Axes d’activités
Axes d’activités Etapes Dates Heures Responsables Quantité de personnes Besoins
#1
#2

– Exemple de taleau type 3 : : message / outils / cibles
Date Cible Message Moyens Responsable Lieu

11- Budget

NB : Ce plan est validé en réunion de coordination avant toute mise en œuvre. Une cellule de suivi est mise en place pour et des rapports périodiques sont fournis en vue de permettre à la direction exécutive de constater les avancées.

REALISATION 2010
Dans le cadre des actions de Konesans Fanmi pour l’année 2010, l’organisation a adopté une stratégie de communication de proximité. Cette dernière a permis de toucher directement les populations cibles tout en contribuant à l’adoption des comportements souhaités au sein de la population.
Au cours de cette année, Konesans Fanmi a aussi mis l’accent sur le renforcement des relations avec les médias communautaires qui sont plus proches des populations cibles.
Pour ce qui a rapport à la communication institutionnelle, le site internet de Konesans Fanmi a été remis en fonction et alimenté chaque semaine.
La communication de l’organisation a reposé sur : la Caravane d’Education et des Services de Santé , la production de matériels de communications sonores, production de matériels de communication visuelle, Interventions de sensibilisation dans les medias écrits, radio et télé diffusées
1- Production de matériels de communications sonores
Alors que le séisme du 12 janvier ait détruit le siège de Konesans Fanmi, l’organisation n’a pas cessé de faire la promotion de comportements responsables tout en accompagnant la population dans ce moment de désespoir général qui semblait s’établir durant les heures et jours qui ont suivi la catastrophe. A ce niveau, plusieurs spots de sensibilisation sur les comportements responsables à adopter dans les camps face aux maladies sexuellement transmissibles ont été produits.
En partenariat avec la Radio Éducative du Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP), près de 20 spots articulés autour des activités de l’organisation ont été réalisés.

1.1- Production Sonores pour les tournées « Koute Ayiti »
L’équipe Communication de l’organisation suite à l’approbation de la direction exécutive a produit 9 spots de mobilisation et de sensibilisation relatifs aux tournées régionales avec son partenaire le CEDAC . De ……à……2010, Konesans Fanmi a pu réaliser 8 grandes tournées dans les villes de provinces et dans la capitale pour apporter l’information nécessaire à la population. Ces tournées couvertes par plusieurs médias ont pu toucher directement plus 40 000 personnes et plusieurs dizaines de milliers à travers le réseau de médias ayant couvert les activités (RTNH, Radio Minustah FM, Radio Télé Sourire, Radio Référence FM, Radio Négritude FM, Radio Télé Express Continentale, Radio Zone FM, Radio Hispaniola FM, Radio Télé Diffusion Jacmélienne, Radio Pérédo Inter, Radio Télé Dynamique, Radio Delta Stéréo, Radio Anacaona, Radio Cool FM, Radio Touche m Dous).
1.2- Production Sonores à l’occasion de la coupe du monde 2010
Avec la tenue de la coupe du monde 2010 et compte tenu de la grande passion des haïtiens pour le foot-ball, Konesans Fanmi a profité de ce moment pour sensibiliser les gens par rapport au virus du sida. 5 spots audio ont été produits prenant comme prétexte le sport.
1.3- Production de matériels sonores pour la fin de l’année 2010
A l’approche de la fin de l’année 2010, Konesans Fanmi a engagé une campagne de sensibilisation dans trois départements à travers la diffusion de spots dans les médias. Les départements touchés sont : Sud-est, Ouest et l’Artibonite.
5 Spots ont été produits sur des thèmes comme la discrimination, la prévention (abstinence et utilisations de préservatifs, transmission mère enfant) et le dépistage volontaire.
Les médias sélectionnés pour la diffusion des spots sont des medias proches de la population. A Jacmel, Jacmel-Inter et Radio Express ont été choisis. Dans l’Artibonite, Delta stéréo a été sélectionné et Vision Eclair dans la commune de Ganthier (zone frontalière). Ces radios ont été sélectionnées en fonction de leur écoute mais aussi de leur couverture territoriale. Cette campagne a avoisiné 300 diffusions aux espaces les plus écoutés et en fonction du public ciblé. Certains spots étaient diffusés dans des émissions à caractère évangélique alors que d’ ‘autres dans des émissions de musiques (compas).
Pour le suivi, un formulaire de contrôle de diffusion a été élaboré. De plus, dans chacune des villes ou les spots doivent être diffusés, l’équipe de Konesans Fanmi a positionné une personne travaillant dans les centres régionaux de l’institution pour suivre la diffusion régulière des spots. Chaque semaine, l’équipe de communication contacte la personne préposée à suivre les diffusions pour un compte rendu.
Par rapport au plan stratégique d’action, Konesans Fanmi a largement atteint son objectif. Alors que le plan d’action prévoyait la réalisation de 5 spots, L’institution en a produit 19 avec plus de 600 diffusions.
Pour l’année 2011, Konesans Fanmi mettra l’accent sur la réalisation d’émission et de documentaires de sensibilisation et d’éducation.
2- Interventions dans les médias
Avec les caravanes, Konesans Fanmi a été une organisation très visible. D’ailleurs, sa visibilité et son dynamisme même après le séisme ont incité un grand nombre d’institution à vouloir engager des partenariats et des actions conjoints. Ces interventions dans les médias partent des participations dans des émissions radios en passant par la télé pour terminer par des articles parus dans de nombreux médias écrits ou online. Annexé à ce rapport un cd de photos et de liens d’articles.
3- Mobilisation médiatique
Au cours de l’année 2010, Konesans Fanmi a renforcé ses relations avec les médias et les journalistes. A ce niveau, des visites de presse, voyage de presse et formations ont été engagés. Ce dernier point a été une priorité pour l’organisation cette année. Ainsi, plus de 50 journalistes ont été formés sur le domaine d’intervention (VIH/SIDA) de l’institution avec une emphase sur la transmission mère-enfant du VIH/SIDA. Par cette initiative, Konesans Fanmi visait à armer les journalistes d’outils et d’informations pertinentes afin que ces derniers contribuent de façon efficace à la lutte contre cette pandémie qui ronge la planète. Animées par des professionnels et professeurs d’université, ces séances de formations ont aussi été une plateforme de plaidoyer incitant els journalistes à réaliser de grands reportages et enquêtes sur le sida en Haïti.
4- Production de banderoles et de T-shirts
En ce qui a trait à la visibilité des activités de l’institution, un ensemble d’outils ont été produits. Banderoles, T-shirts.
Six (6) banderoles ont été produites pour les huit (8) tournées de la caravane. Pour la célébration de la journée mondiale de la lutte contre le sida, Trois (3) banderoles ont été produites.
Trente (30) douzaines de T-shirts ont été produits pour les activités de la caravane.

5- Remise en activités du site internet
Suite au 12 janvier et avec l’effondrement des locaux de Konesans Fanmi, le site internet de l’institution n’était point alimenté pendant plusieurs mois. A la fin de 2010, le site a été revivifié et est alimenté par la mise en ligne des activités réalisées.

BENEFITS: